Et Pourquoi Pas : Explorer les tunnels de lave ?

Cela faisait un moment que je n’étais sortie de la base. En période hivernale, il y a moins de missions. De plus, le temps étant plus frais et moins fiable, même les balades loisirs étaient limitées. Le 12 mai, se situait en plein milieu de 4 jours de beau temps sans vent, on pouvait donc espérer avoir une belle journée. Du coup, la veille une fiche de manip loisir fut déposée. Elle proposait l’exploration du grand tunnel de lave, avec un pique-nique au sommet du Cratère Vénus. Beaucoup parmi nous avait déjà exploré une grande partie de l’île, mais les tunnels de lave restaient une grande inconnue. L’engouement pour cette nouvelle aventure fut total. La moitié de la base était inscrite en moins d’une demi-heure. Il fut alors question de trouver des casques pour tout le monde, ce qui fut fait dans l’heure.

PHOTO 01

Le lendemain matin à 9 h, nous étions tous prêts à partir. Nous étions tous équipés d’un casque, d’une frontale et de vêtements qui ne craignaient rien. Seuls trois d’entre nous avaient déjà réalisé l’exploration de ces tunnels, 6 mois auparavant. Nous les suivions donc avec empressement. Retrouver le chemin fut plus difficile que prévu, car la création du grand tunnel originel remonte à la période où l’île était encore au-dessus du point chaud et où la lave s’écoulait depuis les cratères jusqu’à la mer. Avec le temps, certaines parties du tunnel de lave se sont effondrées, créant des passages à ciel ouvert et obstruant certaines sorties.

DCIM100GOPROGOPR0838.JPG

Nous avons commencé par explorer le tunnel en partant de l’otarie club, il ne faisait pas plus de quelques dizaines de mètres. A sa sortie nous n’avons pas trouvé pas le tronçon suivant. Nous avons donc décidé de tenter le tunnel qui part du jardin météo, mais là encore, au bout de quelques mètres, nous nous sommes à nouveau retrouvés à la surface, sans savoir où aller. La décision fut donc prise de monter plus haut, au niveau du jardin malgache.

De là, un long tunnel, de plus d’une centaine de mètres, commençait. Nous l’avons exploré. Il nous a mené à une portion à ciel ouvert, dans laquelle nous avons zigzagué au milieu de la végétation pour finalement trouver la suite du tunnel. Là, nous avons progressé un moment dans le noir pour nous retrouver face à un cul de sac, encore ! Le plafond s’était effondré et nous ne pouvions pas aller plus loin. Nous sommes restés là, quelques minutes, à écouter le silence. Nous avions tous éteint nos frontales et nous avons profité du noir total qui nous entourait. Puis nous avons fait demi-tour pour ressortir par là où nous étions entrés. Nous avons longé le tunnel de lave à sa surface pour trouver l’entrée suivante.

DCIM100GOPROGOPR0845.JPGDCIM100GOPROGOPR0847.JPGDCIM100GOPROGOPR0852.JPGDCIM100GOPROGOPR0871.JPGDCIM100GOPROGOPR0881.JPGDCIM100GOPROGOPR0882.JPGDCIM100GOPROGOPR0883.JPGOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous avons ainsi progressé pendant deux heures, explorant chaque portion, chaque cavité volcanique que nous croisions. Au cours de ce cheminement, nous sommes à nouveau tombés sur un cul de sac, enfin, c’est ce que nous pensions. De la lumière semblait passer entre les rochers du fond de la grotte. Une cheminée étroite menait à la surface. Nous étions 12, tous de tailles et de corpulences différentes. Si nous voulions tenter notre chance par-là, il fallait que tout le monde puisse passer. Alors, l’un d’entre nous a décidé de tenter sa chance. Il a ôté son sac à dos, a commencé à escalader les rochers, pour glisser son torse dans la cheminée puis il s’est hissé de l’autre côté. Les uns après les autres, nous nous sommes faufilés dans ce trou, tout juste assez large pour un humain. Chacun notre tour, nous avons confié notre sac à notre prédécesseur, avant de nous engager pour suivre le mouvement, puis nous récupérions le sac de notre successeur, avant de sortir définitivement au grand jour. Nous avons eu de la chance, dans notre groupe nous avions Jérémy qui mesure 2 m 10, c’est lui qui fermait la marche, ce qui n’était pas très malin de notre part, car nous n’avions pas commencé par vérifier que le plus grand d’entre nous pouvait passer. Il n’aurait pas fallu qu’il mesure quelques centimètres de plus mais bon … finalement nous sommes tous passés avec succès et surtout nous étions très heureux de jouer aux spéléologues.

DCIM100GOPROGOPR0897.JPG

Nous avons slalomé entre des phylicas de grande taille qui avaient poussé dans ces coulées, à l’abri du vent. Nous avons traversé des étendues de boue qui se rependaient devant la sortie de certains tunnels. Nous avons observé les ossements des vaches qui jadis avaient chu.

DCIM100GOPROGOPR0885.JPG

Nous avons pris des photos du groupe et avons profité de chaque moment de cette expédition.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Photo d’Édouard

Après plus de deux heure trente de marche, le dernier tunnel nous a fait déboucher au pied inférieur du cratère Vénus. Nous avons entrepris son ascension, afin de déjeuner au sommet du cratère.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Photo d’Édouard

Nous avons pique-niqué dans la bonne humeur, contents de notre matinée d’explorateurs. Chacun avait apporté un petit quelque chose de sa réserve personnelle, pour agrémenter ce repas. Nous avons dégusté des saucissons et pâtés de nos différentes régions puis nous avons joué, tels des enfants d’école primaire, à décoller les deux parties de biscuits Princes. Certains ont même entamé une sieste en plein air, pendant que d’autres profitaient de l’apparition d’un magnifique arc-en-ciel.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vers 13 h 30, il s’est mis à pleuvioter, cela a sonné la fin de notre pause repas. Nous sommes alors redescendus vers la base, pas par le chemin le plus direct, certes! Notre guide, ayant choisi de passer à gauche du tunnel plutôt qu’à droite, s’est trouvée dans l’obligation de nous faire faire quelques détours à cause de la végétation ; ce qui lui a valu quelques moqueries bon enfant. Malgré tout, nous avons été de retour à la base 45 minutes plus tard.

DCIM100GOPROGOPR0909.JPG

Ce petit périple, au milieu des tunnels de lave de l’île d’Amsterdam, restera un très bon souvenir. Je n’avais encore jamais réalisé une manip loisir avec autant d’hivernants et ce fut très sympa.

2 réflexions sur “Et Pourquoi Pas : Explorer les tunnels de lave ?

  1. hontaas

    coucou Gwen. tu es ravissante. lorsque je lis tes nouvelle je m’evade un instant avec toi dans cette partie du monde inconnue. c est vraiment merveilleux. profites en bien. je suis heureuse pour toi. gros bisous.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s